Mise à jour de la page : 24/01/2002

Présentation

 

 

La série " Chaînes Brisées " se compose de quatre timbres à 10, 30, 40 et 50 centimes. Elle porte les numéros 670 à 673 chez Yvert et Tellier et Cérès, 45-12 à 45-14 et 45-16 chez Marianne, 680 à 683 chez Dallay.

Ils ont été imprimés en typographie rotative, par feuilles de 100 avec coin daté, en deux panneaux de 50 séparés par une bande non imprimés de la largeur d置n timbre. Le numéro de presse est indiqué sur cet intervalle.

 

 

 

 

Partie basse d置ne feuille

le numéro de presse dans l段ntervalle central, situé à la hauteur de la 6ème, 7ème ou 8ème rangée de timbres :
On notera le numéro de feuille dans l'angle inférieur gauche :


(plus ou moins bien centré)
On notera le numéro de feuille dans l'angle inférieur gauche :

et la date d段mpression dans l誕ngle inférieur droit :

 

 

 

Les barres situées en haut de la feuille (timbre à 40 centimes),
et en bas (timbre à 50 centimes),

ne présentent pas la même forme suivant les galvanos et même suivant leur position dans la feuille.
On verra plus tard que ceci a son importance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D置n point de vue philatélique, si les présentations particulières sont peu nombreuses, en revanche on recherchera non seulement les variétés habituelles sur les timbres de cette époque (piquages à cheval ou décalés, impressions sur raccord, etc) mais aussi les innombrables variétés de cases qui ont surgi tout le long des différents tirages, les nuances dont ces timbres sont riches, que ce soit pour les couleurs d段mpression mais aussi de papier, et on s段ntéressera à leurs emplois sur lettres, peu courants voire rares et souvent notamment dans le cas des multiples, très spectaculaires.
Au dessus de la date figurent un ou trois points (ceci est valable pour les 10 et 50 centimes ; pour les 30 et 40 centimes ces points sont situés à gauche, au dessus du numéro de feuille). Ces points servent à identifier le galvano ayant servi à imprimer la feuille. Ceci sera plus détaillé dans le chapitre consacré aux tirages.

 

 

 

Ces timbres correspondant aux affranchissement d弛bjets à bas tarif (imprimés et journaux), ils n誕vaient pas vocation à être largement utilisés par le public. Il n弾n existe donc ni carnets, ni roulettes ni sous forme d弾ntiers. Seuls deux d弾ntre eux (les 40 et 50 centimes) ont été surchargés pour servir en Algérie, et certaines surcharges plus ou moins officielles ont pu leur être apposées à la libération.

 

 

 

 

 

 

Pour finir, laissons la parole à Claude Jamet, qui dans le numéro d誕oût 1994 de Timbroscopie, écrivait :  " ne rapportant rien sinon des heures de recherche, le type 舛haînes Brisées semble particulièrement adapté à tous ceux qui désirent découvrir une philatélie plus technique sans avoir nécessairement recours à des achats importants ".

 

Circonstances de lémission

 

Au mois de février 1945, se termine la libération de l但lsace, et, à l弾xception de quelques poches sur la côte Atlantique, de la France. Les timbres en service sont tous des types provisoires : Depuis le 1er novembre 1944, le type Pétain n弾st plus accepté pour l誕ffranchissement et a été remplacé par la Marianne et le Coq dits d但lger, les " Arc de triomphe ", apportés dans leurs bagages par les Américains, les Mercure surchargés " RF ", certaines valeurs au type Iris, en service avant 1939, et les Marianne de Dulac, imprimées à Londres.

Le gouvernement Français souhaite donc mettre en place un type de timbres durable, pour montrer qu段l s弾st installé lui aussi de façon durable, et qu段l a les moyens de se débrouiller seul pour l誕dministration du pays. C弾st ainsi que vont voir le jour trois nouvelles séries de timbres : La célébrissime Marianne de Gandon, qui affranchira les lettres et les envois demandant de gros affranchissements, la Cérès de Mazelin pour les valeurs intermédiaires, tels les imprimés ou les cartes postales, et enfin les Chaînes Brisées pour les quatre plus petites valeurs. L置tilité de ces dernières : l誕ffranchissement des journaux, cécogrammes et pendant 3 semaines pour le 50 centimes, des imprimés.

 

Page précédente Page suivante Retour au sommaire